Category: Mer

Dumont d'Urville

Dumont d’Urville, cap au sud

Au cours de trois tours du monde en bateau, Jules Dumont d’Urville (1790-1842) a parcouru la multitude insulaire de l’Océanie et a abordé l’Antarctique. La Normandie n’a-elle pas enfanté le plus grand explorateur français ?

Le corsaire La Confiance aborde le bateau anglais le Kent. huile sur toile de Garneray, musée de la Roche-sur-Yon.

Les corsaires de Granville

Sans atteindre le rang de Saint-Malo ou de Dunkerque, Granville fut l’un des principaux ports corsaires de Normandie entre le règne de Louis XIV et la chute de Napoléon. Dans une thèse récemment publiée, l’historien Michel Aumont étudie ce monde de marins partageant le goût du risque.

La morue. Détail d'une planche de Cuvier.

Les Normands et la mer (3/3) : les ressources marines et littorales

Pêcher la morue au large de Terre-Neuve, décoller les huîtres des rochers, chasser les baleines dans la Manche, ramasser les galets, fabriquer du sel sans marais-salants, voici autant d’images insolites en Normandie. Et pourtant certaines de ces activités faisaient vivre des milliers de familles normandes il y a un siècle et bien au-delà.

Etretat

Les Normands et la mer (2/3) : une relation forte ?

Riverains de la Manche, les Normands ont-ils été un peuple tourné vers la mer ? Héritiers des Vikings, ils ont participé aux grandes heures de la France maritime : l’exploration du Nouveau Monde, la pêche à la morue au large de Terre-Neuve, le commerce colonial, les transatlantiques. Depuis le XVIIIe siècle, Le Havre est l’un des premiers ports français. Aujourd’hui, si les activités traditionnelles (pêche notamment) déclinent, la Normandie renouvelle ses relations à travers le développement de la conchyliculture et du tourisme de mémoire et les projets d’énergies marines renouvelables.

Phare de Gatteville par Petit

Les Normands et la mer (1/3) : à leurs risques et périls

Offrant plus de 600 km de façade maritime, la Normandie aurait naturellement noué des relations intenses avec la mer. C’est ignorer toutes les raisons qui faisaient de la Manche et de l’océan un milieu hostile et dangereux. Les Normands de jadis n’y voyaient-ils pas la source de nombreux malheurs : les naufrages de bateaux pris dans les tempêtes, les attaques de la marine anglaise et les débarquements d’envahisseurs ?