Formigny, la revanche normande d’Azincourt

Sur le sol de la Normandie, s’est déroulée une des rares batailles de la guerre de Cent Ans où les Français ont triomphé. C’était le 15 avril 1450, à Formigny, près de Bayeux.

Au printemps 1450, après l’impulsion donnée par Jeanne d’Arc, la Normandie est prête à être entièrement libérée de l’occupation anglaise. Une occupation qui dure depuis plus de trente ans. Mais le débarquement d’une armée de secours  venue d’Angleterre remet en cause cette libération qui semblait inéluctable. Valognes est reprise par les envahisseurs. Le sort de la province se joue le 15 avril 1450 à la bataille de Formigny. Jean de Bourbon, comte de Clermont, intercepte l’armée anglaise entre Carentan et Bayeux. D’habitude, à la vue de l’ennemi, les Français font charger leur cavalerie, tactique qui avait été si fatale à Azincourt et Crécy notamment. Le comte de Clermont préfère temporiser en faisant tirer l’artillerie. Cette tactique donne le temps à Arthur de Richemont, connétable de France, et à ses soldats bretons de surgir sur le champ de bataille. Cette intervention provoque la victoire française. Les Anglais refluent. Après la prise de Cherbourg le 12 août 1450, la Normandie est totalement libérée. La guerre de Cent Ans s’achève dans notre province.

Bataille de Formigny

Bataille de Formigny. Enluminure tirée du manuscrit, les Vigiles du roi Charles VII, par Martial d’Auvergne (XVe siècle)

Enfin une victoire française sur un champ de bataille après les défaites à Azincourt, Crécy et Poitiers. Moins connue, la bataille de Verneuil(-sur-Avre) s’est tenue en Normandie en 1424 et sa conclusion désastreuse a été un traumatisme pour le roi de France, Charles VII. Formigny est une sorte de revanche qui a valu au petit village de Formigny d’accueillir en 1903 une statue monumentale  pour célébrer l’événement. Reste que les effectifs présents font de Formigny une bataille assez modeste : il y avait peut-être moins de 10000 hommes sur les lieux, soit la moitié moins qu’à Azincourt.

Laurent Ridel

Historien de formation, je vis en Normandie. Ma passion : dévorer des livres et des articles d'historiens qualifiés puis cuisiner leurs informations pour vous servir des pages d'histoire, digestes et savoureuses.

vous pourriez aimer aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>