Tagged: XXe siècle

rené Coty

René Coty, le président havrais de la IVe République

Au terme d’une élection restée dans les annales, le sénateur havrais René Coty devint le nouveau président de la République en 1953. La constitution de la IVe République octroyant peu de pouvoir au chef de l’État, le mandat de Coty (1953-1958) a peu marqué la France. Pourtant les Français l’aimèrent jusqu’à le féliciter lorsqu’une de ses décisions précipita la chute du régime.

Le Havre Athletic Club en 1913 au tournoi de Saint-Ouen

Histoire du football en Normandie

Inventé en Angleterre, le football serait arrivé en France par la Normandie, au Havre précisément. C’était en 1872, dit la tradition. Forts de cette précocité, les clubs normands, au premier rang desquels figurent ou ont figuré le Havre Athletic Club, le Football Club de Rouen et le Stade Malherbe Caen, ont-ils brillé au niveau national et international ?

carte basse et haute-Normandie

Basse-Normandie et Haute-Normandie, une division ancienne

Annoncée en 2014 par le président de la République François Hollande, la refonte de la carte régionale a fait grincer des dents. Sauf en Normandie où certains ont vu la possibilité de corriger une aberration : la partition entre Haute-Normandie et Basse-Normandie. Cette actualité est l’occasion de revenir sur les origines de cette division. Contrairement à l’idée commune, la coexistence de deux régions normandes remonte bien au-delà des années 1950-60.

LE PONT DE TANCARVILLE, BON POUR LE SERVICE

Inauguration des ponts de Tancarville et de Normandie

Seuls trois ponts enjambent la Seine entre le Havre et Rouen, tous construits dans la seconde moitié du XXe siècle. Les archives de l’INA (l’Institut National de l’Audiovisuel) nous remémorent la construction de deux de ces ouvrages colossaux.

Entrée nord-ouest de La Haye du Puits. 4 juillet 1944. Sur la route de Barneville (voir la pancarte N 803), des fantassins de la 79th Inf. Div. US reviennent du bourg de La Haye du Puits et se replient plus au nord. Le fantassin en tête porte un fusil Garand et un tube de mortier de 81mm.
Référence : page 100 du livre La guerre des Haies et la Bataille de La Haye du Puits, Eté 1944, les Américains libèrent le Cotentin de Michel Pinel, 2004
Selon ce site :
http://recherche.archives.manche.fr/?id=recherche_documents_figures
Cote: 13 Num 472
315 inf., 79th div. 
Séquence filmée (à la fin):
http://www.ina.fr/archivespourtous/index.php?vue=notice&id_notice=AFE00003149

La bataille de Normandie (été 1944)

Rien n’est joué lorsque les Alliés réussissent à prendre pied sur les plages normandes le 6 juin 1944. Les semaines suivantes doivent être décisives pour précipiter la chute du IIIe Reich. Plus de deux millions de soldats se combattent à l’été 1944. Les Normands se retrouvent malgré eux au cœur d’une des plus grandes batailles du XXe siècle. Après trois mois de combats, la Normandie est débarrassée de l’occupation allemande mais, au regard de ses villes rasées, de ses nombreux villages détruits, et de ses 20 000 civils morts, la victoire laisse un goût amer.

jour_j_barge

Le Jour J, le moment où la Seconde Guerre mondiale a basculé

« Croyez-moi, Lang, les premières vingt-quatre heures de l’invasion seront décisives… Le sort de l’Allemagne en dépendra…. Pour les Alliés, comme pour nous, ce sera le plus long jour ». Le feld-maréchal allemand Erwin Rommel s’adressait ainsi à son aide de camp le 22 avril 1944. En charge de la défense des zones côtières allant de l’Escaut à la Loire, le commandant attendait fébrilement le débarquement allié. Il ne savait pas que le Jour J aurait lieu moins de deux mois plus tard et que la paisible Normandie se trouverait au cœur de l’événement.

Portrait de Monet. Détail d’un tableau de Pierre-Auguste Renoir (1875 - Musée d’Orsay - Paris).

Claude Monet, l’impressionniste normand

Malgré sa naissance à Paris, le célèbre peintre entre dans le panthéon des plus grandes personnalités normandes. C’est au Havre qu’il trouve sa vocation ; c’est sur les bords de la Seine ou de la Manche qu’il peint ses plus beaux tableaux ; c’est dans sa propriété euroise de Giverny qu’il vit le plus longtemps. Suivre la vie de Monet, c’est donc inévitablement évoquer la Normandie. C’est aussi retracer l’histoire du plus célèbre mouvement artistique : l’Impressionnisme.