« Les Normands ne s’intéressent pas à leur histoire »

Au moment où nous célébrons le 1100e anniversaire de la naissance de la Normandie, l’historien Claude Quétel explique sans langue de bois son sentiment sur la conscience historique des Normands et sur les perspectives de réunification. Dans cette interview vidéo, vous saurez quels sont, à ses yeux, la période fondamentale et le plus grand personnage de l’histoire normande.


Interview par Jean-Baptiste Bancaud pour la radio Tendance Ouest le 14 janvier 2011.

Quelques extraits

Les Normands n’ont pas bronché quand on les a coupés en deux. Imaginez qu’on fasse la même chose aux Bretons.

Il n’y a pas plus obéissant qu’un Normand

Cette Normandie indépendante (911-1204) n’a jamais vraiment existé. Ce sont les Normands qui se sont donnés une autonomie. Rollon avait juré fidélité au roi de France. Quand Philippe Auguste reprend cette province, il reprend ce qui est à lui

Si je devais inviter un Normand célèbre à ma table, ce ne serait pas Guillaume le Conquérant

Livre présenté par Claude Quétel : Jouet Roger et Quétel Claude, Histoire de la Normandie: des origines à nos jours, Cully, France, OREP, 2009.

Laurent Ridel

Historien de formation, je vis en Normandie. Ma passion : dévorer des livres et des articles d'historiens qualifiés puis cuisiner leurs informations pour vous servir des pages d'histoire, digestes et savoureuses. Si vous êtes passionnés de patrimoine médiéval, je vous invite vers mon second blog : Décoder les églises et les châteaux forts

vous pourriez aimer aussi...

5 Responses

  1. Constantin dit :

    Bonjour,
    Un très modeste démenti à ce que dit mr Quétel: la ville de Gisors a fêté cet anniversaire le week-end des 21/22 mai. Rollon y était bien sûr à l’honneur grâce au collier commémoratif réalisé par cette ville. Le plus bel écrin lui était réservé, je veux parler de la magnifique égise St Servais et St Protais. Une collection de figurines représentant des vikings complétait l’exposition. Nombre de visiteurs se sont passionnés pour ce moment de leur histoire pendant ces deux jours, témoignant leur intérêt par des questions nombreuses et fort pertinentes regrettant seulement le peu de résonnance offert à cet évènement. Ce possible désintérêt dont parle mr Quétel ne viendrait-il pas en partie d’un manque de mise en scène, de communication?
    Cordialement

  2. Il est vrai qu’une bonne partie des Normands de notre région considèrent le passé comme secondaire! Et pourtant, malgré la dernière guerre, nous avons tant de richesses à montrer et beaucoup à découvrir. L’association PATRIMOINE de PICAUVILLE est fière et heureuse de faire connaître, par une inauguration du 16 mars dernier, la reproduction d’un plan terrier datant de 1581, de la paroisse. Ce plan (1,82/1,10) est né d’un conflit, entre les nouveaux propriétaires de la terre de Picauville: les chanoines de la Ste Chapelle de Paris et les habitants de la paroisse et concernait la possession et les droits de jouissance des marais.( En 1394, Charles VI fait don de cette terre aux chanoines moyennant la fondation d’heures canoniales). C’est le professeur Brunet qui nous l’a révélé, l’ayant découvert lui-même aux Archives Nationales de Paris il y a plusieurs décennies et l’a mis en exergue! Désormais, on peut voir sa reproduction réalisée d’une façon parfaite, tous les jours, de 10 à 17h dans notre église.Cordialement

    • Laurent Ridel dit :

      Le plan de Picauville, je m’en souviens très bien. Fascinant pour un historien des campagnes comme moi. Il montrait notamment l’évolution du paysage. Au XVIe siècle, les champs étaient plus ouverts qu’aujourd’hui.

  3. Lecoq dit :

    D’ ou viens l’origine de la fête de Jeanne d’arc, à Picauville ?

    • Laurent Ridel dit :

      Je pense qu’il faut demander aux organisateurs. Jeanne d’Arc est en tout cas le nom de la paroisse incluant Picauville.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *