Le virage économique du XIXe siècle

Ateliers de construction et de fonderie à Louviers

Ateliers de construction et de fonderie à Louviers. Dessin légèrement antérieur à 1867

La Normandie s’affirme comme une grande région d’élevage bovin. De nombreux agriculteurs normands convertissent leurs champs de céréales en prairies. C’est le triomphe des herbages. À cette époque, élever des vaches rapporte plus que les cultures traditionnelles. Le lait, le camembert et le beurre se vendent bien à tel point qu’ils deviennent les marques de l’agriculture normande. Sans oublier le cidre car des pommiers sont systématiquement plantés dans les nouvelles prairies naturelles. L’élevage nécessitant moins de bras, les campagnes subissent un fort exode rural à partir des années 1830. Exode renforcé par le déclin des activités artisanales et proto-industrielles.

Le développement industriel est le second grand bouleversement économique dans la Normandie du XIXe siècle. Les usines se multiplient, principalement dans le textile (coton). Autour, s’élèvent des quartiers pour accueillir les masses d’ouvriers. La banlieue rouennaise ou des villes comme Le Havre, Elbeuf et Bolbec s’étalent sur leur campagne environnante. Ce puissant mouvement d’industrialisation et d’urbanisation est cependant beaucoup moins fort en Basse-Normandie et dans l’Eure. Dans ces régions, on voit même des villes décliner (Bayeux, Falaise, Coutances, Vire…) et des industries s’effondrer (papeterie, dentelles, petite métallurgie…).


Rouen et le Havre : une rivalité éternelle

Le Havre au XIXe siècleAprès avoir été sous la tutelle des Rouennais, Le Havre s’en est émancipée au début du XVIIIe siècle. Début d’une rivalité économique entre les deux grandes villes de Normandie. Au XIXe  siècle, Rouen a pour elle un passé prestigieux, des monuments vénérables et une vie culturelle de qualité. Ancienne capitale du duché de Normandie, chef-lieu de département, c’est une ville bourgeoise mais aussi ouvrière en raison d’un fort développement industriel. Le Havre est une cité plus récente, sans grande responsabilité administrative (la Révolution ne l’avait même pas nommée sous-préfecture). Chacune lutte pour devenir le véritable avant-port de Paris. Le recensement de 1881 marque un tournant : la population havraise, en pleine expansion, dépasse pour la première fois celle de Rouen.

Le premier chemin de fer normand

LocomotiveEn 1843, est inaugurée la ligne ferroviaire Paris-Rouen. C’est l’une des toutes premières de France. Malgré quelques réticences (notamment les transporteurs par route et par bateau), le réseau s’étoffe rapidement vers le Havre (1847), vers Dieppe (1848) et vers Caen (1855). Le chemin de fer marque le triomphe de la vapeur. Cette nouvelle énergie devient le moteur des grandes usines, à la place du courant des rivières.


La Normandie contemporaine

1 Response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>