Claude Monet, l’impressionniste normand

Malgré sa naissance à Paris, le célèbre peintre entre dans le panthéon des plus grandes personnalités normandes. C’est au Havre qu’il trouve sa vocation ; c’est sur les bords de la Seine ou de la Manche qu’il peint ses plus beaux tableaux ; c’est dans sa propriété euroise de Giverny qu’il vit le plus longtemps. Suivre la vie de Monet, c’est donc inévitablement évoquer la Normandie. C’est aussi retracer l’histoire du plus célèbre mouvement artistique : l’Impressionnisme.

(L’article suivant est présenté sous forme d’interview fictive)

Caricature par Claude Monet

Caricature du poète Auguste Vacquerie. Adolescent, Claude Monet exposait des caricatures des personnalités régionales (v. 1854 – Art Institute of Chicago)


– Né à Paris en 1840, Monet passe en fait l’essentiel de ses années de jeunesse au Havre où ses parents se sont établis. Adolescent, il se révèle doué pour les caricatures. Mais ce talent n’aurait pas mené bien loin sans une rencontre décisive, celle d’Eugène Boudin…

Monet a 17 ans quand il rencontre Eugène Boudin, un peintre de marines. Le premier contact entre les deux hommes se produit dans la boutique d’un encadreur-papetier qui expose dans sa vitrine à la fois les tableaux de Boudin et les caricatures de Monet. L’adolescent l’avouera plus tard : les marines de Boudin le dégoûtaient à cette époque. Mais le boutiquier le présente au peintre. Boudin apprécie le coup de crayon du jeune Claude et lui propose d’aller peindre avec lui sur le littoral. Monet n’est pas emballé mais au bout de plusieurs mois, il répond favorablement à l’invitation. Il ne le regrettera pas. Boudin l’initie à la peinture et lui transmet le virus.

– Il lui transmet surtout une façon de peindre…

Boudin a en effet l’habitude de peindre ses paysages littoraux d’après nature. Il peint donc en plein air. Cela peut nous sembler assez banal mais à cette époque, les toiles se faisaient surtout en atelier. Monet gardera cette habitude de peindre en extérieur.

– A 19 ans, Claude annonce à son père qu’il veut devenir peindre et partir pour Paris. Le père s’y oppose mais le jeune homme passe outre. L’arrivée dans la capitale inaugure pour Monet une longue période de difficultés financières…

Son père et sa tante lui envoient bon gré mal gré un peu d’argent mais c’est insuffisant. Claude vit sur la corde raide. Il doit en permanence emprunter à des collectionneurs et à ses collègues peintres parmi lesquels ses nouveaux amis Renoir et Bazille. Monet commence pourtant à avoir une petite réputation car en 1865 et 1866, quelques-uns de ses tableaux sont exposés au Salon, LE rendez-vous annuel des peintres français. Par contre, les années suivantes, ses toiles sont refusées, Monet accentuant son style peu académique.

Impression, soleil levant par Claude Monet (1872)

Impression, soleil levant par Claude Monet (1872). C’est à cause de ce tableau que Monet et ses amis furent surnommés les Impressionnistes (Musée Marmottan – Paris)


– Rejetés par les institutions, Monet et ses amis peintres fondent en 1874 une société d’artistes et exposent en marge du Salon officiel. C’est à cette occasion qu’est forgé pour la première fois le nom d’« impressionnistes ». Pouvez-vous expliquer l’origine de cette appellation ? Une appellation péjorative dans un premier temps !

Le mot vient d’un article de journal, intitulé l’« Exposition des Impressionnistes ». Dans cet article, le journaliste Louis Leroy imagine un dialogue entre un peintre renommé et lui. Le peintre visite l’exposition, ironise devant les tableaux notamment celui de Monet, « Impression, soleil levant » : « Impression, j’en étais sûr. Je me disais aussi, puisque je suis impressionné, il doit y avoir de l’impression là-dedans… ». Devant tant d’horreurs, le visiteur devient fou et se met à pratiquer la danse du scalp devant le gardien. Le mot « impressionnistes » fait mouche et il est repris dans d’autres articles de presse.

– Dans un premier temps, les impressionnistes essuient des commentaires moqueurs. On affirme que leurs toiles ne valent pas le papier peint ou qu’elles sont l’œuvre de singes qui auraient volé une boîte de peinture ! En quoi les tableaux de Monet, aujourd’hui admirés, heurtaient les sensibilités du public ?

Le public, c’est-à-dire les élites bourgeoises et aristocratiques, a été élevé dans l’appréciation d’une certaine peinture. Les canons esthétiques que ces gens ont appris ne les préparent pas nécessairement à accueillir favorablement des œuvres qui bousculent les règles. Dans les paysages de Monet, le coup de pinceau est souvent brut ; le peintre se contente parfois d’esquisser les personnages. Ce qui l’intéresse, c’est fixer sur sa toile les jeux de lumière dans les arbres, sur l’eau et sur les visages. Bref, il essaye de saisir des impressions fugitives.

– Quand le peintre trouvera les faveurs du public ? Fut-il un de ces artistes maudits qui ne connurent qu’une gloire posthume ?

Non, il ne correspond pas à cette image. Même si les années qui suivent l’exposition de 1874 sont encore difficiles (il déménagea plusieurs fois en laissant des dettes derrière lui), un groupe d’amateurs de sa peinture se constitue autour de lui. Ce groupe s’élargit peu à peu. Un marchand Paul Durand-Ruel lui apporte sa confiance et écoule ses tableaux. Au milieu des années 1880, Monet en a fini avec sa période noire. Ce n’est pas pour autant que sa peinture fasse l’unanimité. Certaines critiques sont toujours aussi mordantes. Les milieux officiels dédaignent les impressionnistes. Songez que Monet reçoit sa première commande d’Etat en 1917, à l’âge de 77 ans !

– En 1883, Claude Monet s’installe de nouveau en Normandie. Il ne retourne pas au Havre, sa ville de jeunesse, mais loue une maison dans le village de Giverny. Qu’est-ce qui incite le peintre à choisir cette modeste commune de l’Eure ?

Assurément, c’est d’abord un coup de cœur. Il pressent que ce coin de campagne lui fournira de nombreux motifs : il y a d’abord son jardin, la rivière toute proche (l’Epte), et la Seine, à moins de deux kilomètres. Le choix de Monet est également guidé par des aspects pratiques. Giverny se trouve près de Vernon d’où il pourra aller en train vers Paris, où habite sa clientèle, et vers la Manche, où se trouve l’inspiration. Giverny offre enfin une maison suffisamment grande pour accueillir sa double famille : d’une part ses deux enfants, d’autre part sa future femme Alice Hoschédé et ses deux filles.

Portrait de Monet. Détail d’un tableau de Pierre-Auguste Renoir (1875 - Musée d’Orsay - Paris).

Portrait de Monet. Détail d’un tableau de Pierre-Auguste Renoir (1875 – Musée d’Orsay – Paris).

– Monet transforme et agrandit sa propriété de Giverny. Ces aménagements vont orienter la peinture du maître…

En 1893, Monet reçoit l’autorisation municipale de pratiquer une prise d’eau à partir de l’Epte pour alimenter des bassins. C’est le point de départ de la création d’un jardin aquatique. Il fait tracer des allées, planter des arbres et des massifs. A partir de ce paysage d’eau et de verdure, Monet produira plusieurs tableaux dont la fameuse série des Nymphéas. Dans les vingt dernières années de sa vie, son jardin le passionne tellement qu’il devient l’unique sujet de peinture (à l’exception de Venise peinte lors d’un voyage en 1908).

– Bien qu’amoureux de Giverny, Monet voyage beaucoup en France et à l’étranger. Vous évoquiez Venise mais il peignit aussi en Angleterre, aux Pays-Bas et en Norvège. La Normandie reste toutefois sa destination principale. Outre Giverny et sa région, quels sont les lieux normands que Monet choisit comme motif ?

Le peintre apprécie surtout la côte et ses stations touristiques : Dieppe, Etretat, Pourville, Saint-Adresse, Trouville et Honfleur. A Honfleur, à la ferme Saint-Siméon plus précisément, il retrouve ses amis peintres tels Frédéric Bazille, Eugène Boudin et Johan Jongkind mais généralement il préfère peindre en solitaire. Sa femme l’accompagne rarement. Les villes normandes de l’intérieur ne l’intéressent pas. Une exception tout de même : Rouen où il peint la série des Cathédrales.

– Vous évoquez la série des Cathédrales de Rouen, nous avons parlé tout à l’heure de la série des Nymphéas. Pourquoi ces ensembles de tableaux sur le même sujet ?

Claude Monet est particulièrement intéressé par les variations de son sujet selon l’heure de la journée et selon les saisons. Il peint par exemple la cathédrale de Rouen en plein soleil, au crépuscule ou noyée dans le brouillard ; il peint de simples meules en été ou couvertes de neige. Les conséquences des changements atmosphériques sur le paysage le fascinent. Pour bien saisir ces évolutions au cours d’une journée, Monet va jusqu’à installer plusieurs chevalets côte à côte et à passer d’une toile à l’autre dès que l’atmosphère change. Il peut donc se retrouver avec une dizaine de peintures en cours sur le même sujet.

Les falaises d’Étretat par Monet

Les falaises d’Étretat. Claude Monet apprécia particulièrement peindre la côte d’Albâtre (1885 – Clark Art Institute)

– Ce souci de capter des atmosphères changeantes provoque parfois chez Monet découragement voire colère…

 

Oui, le problème quand on apprécie peindre en plein air, c’est qu’on dépend du temps. Parfois la pluie empêche Monet de peindre et l’oblige à rester plusieurs jours à l’hôtel. Parfois le temps est clément mais l’artiste enrage de ne pas pouvoir terminer sa peinture car les conditions de luminosité ne sont pas exactement les mêmes que la veille. D’autres imprévus peuvent se produire : un jour, il commence à peindre les bateaux d’Étretat, ramenés sur la plage de galets mais le lendemain il découvre que les pêcheurs ont rentré les embarcations à cause de la tempête. Résultat, Monet doit gratter ses toiles ou les jeter.

– En 1926, Monet meurt dans sa propriété de Giverny. Il était le dernier représentant des Impressionnistes qui avaient exposé pour la première fois en 1874. Que conserve la Normandie de cet extraordinaire artiste ?

Quatre musées normands conservent quelques-unes de ses toiles : le musée municipal de Vernon, le musée des Beaux-Arts de Rouen, le musée des Beaux Arts André Malraux au Havre et le musée Eugène Boudin à Honfleur. Mais la Normandie conserve surtout la principale demeure de Monet : la propriété de Giverny. Son premier conservateur Gérald Van der Kamp a entrepris en 1976 la restauration du site à partir des toiles et des photos du peintre. C’est un endroit délicieux à visiter. Vous pouvez vous promener au bord de l’étang aux nymphéas, suivre l’allée des roses et des capucines et vous arrêter sous l’ombre des saules. Monet serait sûrement enchanté de revoir son jardin si verdoyant et si fleuri. Je l’imagine déjà installer son chevalet.

A lire

– Pascal Bonnafoux, Monet (1840-1926), Perrin, 2007

Laurent Ridel

Historien de formation, je vis en Normandie. Ma passion : dévorer des livres et des articles d'historiens qualifiés puis cuisiner leurs informations pour vous servir des pages d'histoire, digestes et savoureuses.

vous pourriez aimer aussi...

5 Responses

  1. LACOUR Annie dit :

    J’adore Monet : je suis allée à l’expo de Rouen et j’irai le 22 novembre à celle du Grand Palais à Paris.
    Amicalement,
    Annie

  2. Douay Baptiste dit :

    Je trouve que le tableau « Soleil Levant » est un tableau magnifique

  3. Aëlore dit :

    Giverny est vraiment un jardin magnifique, voir en vrai les Nympheas c’est magique !
    Ce sont ces tableaux exposés à l’orangerie lorsque j’étais petite fille qui m’ont donnés envie de peindre.
    Toute l’oeuvre de Monet peinte en Normandie est si lumineuse, un pur bonheur.
    Aëlore,
    aquarelliste

  4. patrick maillocheau dit :

    son maitre:claude monet et eugène boudin :grand paysagiste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>